Dans quels cas un psychologue pour enfant est-il recommandé?

 In Problèmes de santé mentale

Comme les adultes, les enfants ne sont pas à l’abri du stress, des colères ou même des questions existentielles. Même si ces éléments sont formateurs et aident à se construire, un accompagnement par un psychologue peut parfois être nécessaire. Dans quels cas un psychologue pour enfant est-il recommandé ?

De 0 à 4 ans : la petite enfance

Chaque enfant évolue à son rythme et tous n’assimilent pas les mêmes choses au même moment. Mais les apprentissages doivent néanmoins se faire dans une tranche d’âge définie. Aussi, tout retard ou dysfonctionnement majeur doit rapidement être identifié et pris en charge.

Même dans les premières années de sa vie, un enfant peut présenter certains troubles nécessitant l’intervention d’un pédiatre, qui orientera éventuellement vers un psychologue :

       Problèmes relationnels : le petit ne semble pas s’intéresser aux autres et évite les interactions sociales. Cela se manifeste par des contacts visuels difficiles, peu de sourires et d’échanges de regards, une réticence à prendre ou à donner des objets, absence de babillage, etc.

       Retards psychomoteurs : l’enfant a des difficultés à saisir des objets, à se tenir assis au début, à se déplacer à quatre pattes ou à marcher.

       Autres dysfonctionnements : trouble du sommeil (cauchemars, difficultés à s’endormir, insomnies) ou de l’alimentation (anorexie, vomissements, régurgitations), assimilation difficile de la propreté, tendance à être « trop sage », attachement excessif à des objets, etc.

De 4 à 12 ans : l’enfance

Pendant l’enfance, les jeunes élargissent leur entourage en socialisant à l’école, lors d’activités extrascolaires, etc. Durant cette période, plusieurs troubles peuvent se manifester et demander l’évaluation ou l’intervention d’un psychologue pour enfant :

       Troubles du langage : erreurs de syntaxe, manque de vocabulaire, discours décousu, difficultés à trouver ses mots, bégaiement, etc.

       Problèmes de socialisation : un enfant peut rencontrer des difficultés à s’adapter à l’école. Mais si cette situation dure plus de quelques mois et que le petit ne parvient pas à surmonter ses angoisses, à s’intégrer à la classe ou à s’intéresser aux activités de l’enseignant, il est conseillé de consulter un psychologue.

       Mauvais résultats scolaires : difficultés d’apprentissage, phénomène de régression ou troubles de l’attention sont des signes fréquents.

       Agitation extrême : un enfant verbalise peu ses angoisses et ses souffrances. Il les extériorise d’autres façons, comme l’hyperactivité, la mise en danger de lui-même ou d’autrui, la multiplication des bêtises ou encore l’agressivité.

       D’autres comportements atypiques : tristesse continue, repli sur soi, perte de la propreté, mensonges à répétition, grande maladresse, angoisse extrême en cas de changement, etc.

Les troubles de la petite enfance peuvent également (re)faire surface à cette période, notamment s’ils n’ont pas été identifiés ou traités précédemment.

De 12 à 18 ans : l’adolescence

L’adolescence est une phase de grand changement aux niveaux biologique et social. En tant que parent, il faut donc rester attentif aux évolutions atypiques et consulter un psychologue pour enfant, si besoin :

       Perte de poids excessive et/ou inexpliquée, avec fortes préoccupations autour de l’apparence et de la nourriture.

       Trouble du sommeil : insomnies répétées, difficultés d’endormissement, réveils précoces, etc.

       Tristesse intense et durable : souvent couplée à une autodévalorisation, elle peut également se traduire par des propos suicidaires et/ou un intérêt pour les thématiques morbides.

       Repli sur soi : retrait de la sphère familiale, isolement du groupe d’amis, tendance à fuir les relations sociales, comportement dépressif.

       Propos et actes incohérents : transgression excessive des règles, agressivité, dépendances (drogues, alcool, jeux), surinvestissement au sein du groupe d’amis, chute des résultats scolaires, vols, fugues, etc.

Même si les parents peuvent avoir des réserves à l’idée d’emmener leur enfant chez un psychologue spécialisé, l’intervention d’un professionnel peut néanmoins s’avérer nécessaire dans certaines circonstances. En effet, même une courte thérapie peut avoir des effets très bénéfiques sur le développement de l’enfant.

Recommended Posts

Start typing and press Enter to search